Qu’est-ce que la Somatopathie ?

Thérapie manuelle qui englobe plusieurs outils :

  • La méthode Poyet
  • La Somatopathie : approche psychosomatique

Objectifs : restituer, améliorer la capacité d’auto-guérison du corps, diminuer ou supprimer les douleurs, aborder/se libérer d’émotions trop envahissantes, d’un mal être psychosomatique.

  • La méthode Poyet

Maurice-Raymond Poyet est né en 1928, à Ferrières sur Sichon (03).  Il débuta par une carrière d’infirmier, puis masseur-kinésithérapeute. En 1975, il intégra la première école d’ostéopathie française : « l’institut W.G. Sutherland. Il y acquiert les techniques ostéopathiques : le crânien, le viscéral, les techniques structurelles. Dans le même temps il se forme à l’acupuncture au « Centre d’Acupuncture et d’Auriculothérapie » dirigé par André Brunel. Après des années de pratiques et avec tout son bagage de connaissance, Maurice-Raymond Poyet passa d’une ostéopathie structurelle (Trust, manipulation classique) à une ostéopathie informationnelle, sensitive et énergétique.

Aujourd’hui, c’est cette technique informationnelle, sensitive et énergétique que je pratique. La méthode consiste à rééquilibrer le corps de façon globale, c’est à dire rétablir la position anatomique de référence des os et des organes du corps, leur mouvement, leur forme. Ainsi que de supprimer les tensions des articulations, muscles, fascias… La technique commence par la rééquilibration de l’axe cranio-sacré (tête – sacrum), puis les membres (bras, jambes…), organes…

Les objectifs sont :

    • Rétablir la fluctuation du liquide céphalo-rachidien (LCR) et donc le mécanisme respiratoire primaire (MRP);
    • Libérer le système nerveux et le système lymphatique ;
    • Améliorer la circulation sanguine ;
    • Supprimer les douleurs en enlevant les axes traumatiques et les adaptations occasionnées par les multiples chocs physiques de la vie courante (entorses, chutes sur les fesses, accident de voiture, vélo, scooter, etc…).
  •  
  • La Somatopathie : approche psychosomatique

Le terme psychosomatique (du grec ancien : psyché : l’esprit. Et soma : le corps) concerne les troubles physiques occasionnés ou aggravés par des facteurs psychiques. Plus généralement, ce terme désigne tout ce qui concerne les effets de l’esprit sur le corps humain. On parle aussi de somatisation.

La Somatopathie est une technique développée par Pierre Camille Vernet, formé lui-même par Maurice Raymond Poyet. Il ajouta l’aspect psychosomatique à la méthode Poyet. A force d’expérience, il s’est rendu compte qu’il restait des blocages au niveau du corps à la fin de certaines séances. Ces blocages se trouvent sur les tissus, fascias, méninges. Il appela ce phénomène, les zones figées au niveau crânien (bandes de tensions réciproque, plus grossièrement appelé méninges), et les organes figés (exemple : estomac, thyroïde, colons etc…).

Dans le questionnement et la verbalisation pendant la séance, le thérapeute va chercher à trouver l’événement déclenchant, le ou les événement(s) programmant (répétition), l’événement référent (transgénérationnel) associé à l’état physique et émotionnel de la personne.

L’événement déclenchant est celui qui a entraîné les symptômes physiques, l’état émotionnel et le mal-être de la personne. Cet état physique/mental se déclenche en fonction de facteurs :

    • La répétition d’événements avec la même problématique dans la vie de la personne (voir événement programmant ci-dessous).
    • L’intensité de l’événement vécu par la personne (choc violent).

L’élément programmant fait appel à la répétition de cet événement durant la vie de la personne : pendant la petite enfance, à l’adolescence, ou à l’âge adulte. Exemple d’événements en lien avec la notion de « souffrance de séparation » qui peuvent entraîner une zone figée sous occipitale (base de la tête) : naissance difficile (césarienne, danger de mort…), séparation des parents pendant l’enfance, séparation avec sa copine, décès d’un parent…

L’élément référent est lien avec le transgénérationnel.

Le transgénérationnel : 

Ce que l’on nomme transgénérationnel est la transmission d’un héritage venant de générations lointaines. Ces générations ne sont pas forcément connues des membres de la famille et pourtant elles transmettent un héritage psychologique, comportemental.

Reportage d’ARTE : Les traumatismes sont-ils héréditaires ?

Le vécu des parents se transmet-il aux enfants ?

Les drames vécus par les parents influenceraient le comportement et même le génome de leurs descendants. Abus sexuels, violences, guerres ou pressions dans l’environnement familial… : les traumatismes graves n’ont pas seulement des répercussions sur ceux qui les ont vécus mais également sur les générations suivantes. Comme les victimes de ces agressions, leurs descendants peuvent développer des symptômes comparables, tels que terreurs inexpliquées, cauchemars, troubles du comportement alimentaire ou maladies psychosomatiques. Mais comment se transmettent ces symptômes, observables jusque dans le cerveau ?

Selon le Dr Andreas Krüger – psychiatre pour enfant et adolescent, il existe quatre niveaux de transmission transgénérationnelle :

    • L’épigénétique : elle touche les mécanismes de régulation du stress (voir vidéo ci-dessous et dans la section article : l’épigénétique);
    • Les transmissions des maladies du stress. Exemple : transmission d’un trouble de stress post-traumatique de la mère à l’enfant.
    • La transmission d’une idéologie de violence domestique et éducative.
    • les mécanismes inconscients.
  •  

Les enfants développent alors les mêmes symptômes que s’ils avaient réellement vécu les souffrances de leur parents : phobies inexpliquées, vide intérieur, sentiment de culpabilité, trouble d’attachement et de la relation, cauchemars et maladies psychosomatiques. Inconsciemment ils ne cessent de remettre en scène les blessures de leurs parents et grands parents.

Attention cependant à ne pas accuser le patrimoine transgénérationnel et l’épigénétique de tous nos maux !! Lorsque les individus traumatisés sont placés dans un environnement enrichi (avec des jouets, des interactions sociales…), leurs symptômes s’estompaient, chez eux comme chez leur descendance. Pas plus que le génome, l’épigénétique ne constitue une prophétie inéluctable (définition de l’épigénétique dans la section Articles et vidéos ci-dessous).

« Les actions généreuses et altruistes de nos parents et de nos aïeux nous sont salutaires, tandis que leurs mauvaises actions altèrent le champ énergétique familial […] ». Joy Manné. « Les constellations familiales ». Editions Jouvence.

« Tant qu’il n’aura pas été assimilé, le passé traumatique de nos ancêtres continuera à se projeter inconsciemment et à parasiter notre image du monde, jusqu’à influencer plus ou moins gravement notre rapport au réel. » Pierre Ramaut – Psychanalyste spécialisé en analyse transgénérationnelle.

« La mémoire du passé n’est pas faite pour se souvenir du passé, elle est faite pour prévenir le futur« . Alain Berhoz

« Le travail corporel, dans ce concept transgénérationnel, a pour but […] de se libérer de toutes les visions limitantes qu’imposent l’esprit et les liens familiaux« . C.B. – Ostéo-praticienne.

L’épigénétique

Plus d’information dans la section Articles.